Crazy patch

la dernière trousse en chutes de tissus et rebrodée est terminée. De dimension très pratique pour mettre une boule de coton à crocheter et le crochet. Elle est volontairement assez épurée, et répond tout à fait à mes attentes. Et voilà comment utiliser des restes. Mon esprit recyclage est toujours actif et réaliser ce genre d’objet me réjouit.

IMG_20160507_174017.jpg

Je relève le défi!

Toujours tentée, mais parfois je fais bien de reculer, puis après je regrette, parce que ça n’aurait pas été si mal…. j’ai regardé avec envie les yoyos et les beaux rideaux qui ont résulté du défi 2015. Ce n’était ni compliqué, ni impossible. Alors cette année, j’y vais pour les hexagones, et pourtant ça ne me paraît pas si simple. Il faut coudre et respecter la taille… bon enfin, j’en ai plein qui attendent d’être montés. Mais alors là, les fleurs seront un peu fouillis, parce que je ne travaillerai qu’avec les chutes de tissu. On verra bien.

Et c’est ici que les bricolos du lundi nous incitent à la débauche.

Recycler encore et toujours

J’ai un principe, user jusqu’à la corde… tout. Ou alors en faire autre chose. Bref jusqu’au bout pour les vêtements, les objets, etc… et recycler fait partie de la démarche. Là, j’avais eu en cadeau chez un vepeciste, une série de set de tables, de sous-verre, de sous je ne sais quoi en coton bleu ciel. Pas vraiment mon style et ce dont j’avais envie. Mais tout de même une belle qualité de tissu. Première idée les sets ont été transformés en pochons, les sous verres en éventuel pochette à lavande. Mais ils ne me plaisaient pas et soudain, j’ai trouvé comment améliorer les choses et m’en servir : en les brodant.

Et voilà le résultat. Minimaliste, mais pratique et avec un peu plus de couleurs. J’aime le bleu, mais pas n’importe lequel. Indigo dans toutes ses nuances, c’est mon préféré.

Fleur grimpante

Il n’y avait plus de Gabrielle (dont vous pouvez trouver les explications ici) chez CecileF, alors je m’en suis inspirée pour faire cette pochette aux fleurs luxuriantes qui grimpent sur du velours. Simple, facile et effet surprenant. Il fallait oser le bleu vif du motif fleuri du tissu et le contraste non moins éclatant du rouge des fleurs, heureusement adouci par le ruban de velours bleu clair. Simple et facile. Pas de réelle difficulté avec le ruban de velours (mais j’avoue que j’ai éloigné le motif du velours chaque fois que possible). La pochette est doublée d’un tissu imprimé marine et d’un molleton quilté en bandes (ce qui permet de retenir le velours simplement collé à la colle 505 le temps de la broderie). Le lien est terminé par deux fleurs faite sur la base d’un yoyo garni de rembourrage synthétique et bordé de dentelle verte froncée.

Un moment de broderie simple et agréable.

Joséphine

avant de faire la mienne, la vraie achetée chez Cécile, deux petites Joséphines sont sorties de mon armoire à tissus. Contrainte habituelle, trouver de quoi les réaliser dans le stock existant. Je ne suis pas mécontente de l’effet et sont devenus des cadeaux appréciés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Crazy flowers

Insistons, insistons, mais l’aiguille  ne fait pas le printemps, même si elle s’inspire des fleurs des champs. Voici ma première d’une série de 4 prévues sur un crazy quilting : pâquerettes épanouies qui se déploient sur un fond uni verdoyant au milieu d’un panachage de couleurs fleuries qui se mêlent aux points de broderies qui joignent les pièces de formes irrégulières.

seezat(25)

et profitant d’un stock de restes de tissus de taille et couleurs diverses, j’ai préparé trois autres supports toujours selon cette méthode de crazy patchwork pour faire éclore quelques roses, primevères et fleurs de trèfle

seezat(26)

Les trois soeurs

Olga, Macha et Irina ? non, mais presque.

J’aurais pu les appeler comme ça ces trois pochettes avec leur sujet appliqué tellement russe et pourtant inspiré du patchwork appliqué civil war quilting. Chacune identique et chacune différente.

Après les avoir brodées avec enthousiasme et plus que je ne le pensais, parce qu’il s’agissait d’une découverte de l’appliqué qui m’a toujours rebuté à cause de ses petits détails à assembler, je me suis amusée à renouveler l’exemplaire de la petite Dame  fourni par Cécile. A trois, j’ai arrêté. Qu’allais-je en faire ? J’aime bien rendre une utilité aux choses et que les broderies donne un éclair de joie au quotidien. Après une attente non négligeable dans la boite à broderies terminées mais à monter, j’ai eu l’idée d’en faire des pochettes pour le transport des sous-vêtements, Tshirts et autres petites choses (mais quand même un peu grandes, vu la taille des poches), à transporter dans la valise, pour avoir une valise bien nette et un rangement simple dans les armoires et tiroirs qui vont héberger le temps des vacances tous ces accessoires. Du coup, objectif gain de place dans la valise, je n’ai pas quilté le motif, limitant à deux épaisseurs de tissus.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

seezat(20)seezat(21)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Les matriochkas isolées et ensemble dans une même destin

La fin des travaux avec les matriochkas ou l’aboutissement brodé et cousu pour accompagner les futurs travaux de couture, avec ce montage en porte aiguilles, porte ciseaux et pinkeep et leur boite assortie

Ce diaporama nécessite JavaScript.