La chine du week end

Je jette, donc je fais de la place. J’ai envie de changer quelques détails. Je me pique d’intérêt pour les années 50, 60, bref pour mes rêves d’enfance. Et en ce moment, c’est l’intérieur de nos parents, des grands parents des trentenaires que l’on trouve dans les brocantes, les magasins Emmaüs, et….

Voici donc ce qui m’a attirée derrière une crasse peu ragoutante et dans un bric à brac qui ne les mettait pas en valeur : un pouf qui nécessitera une bonne restauration, réfection du coussin et nettoyage, un plateau avec une scène enfantine qui me ravit par son côté kitsch et naïf, un beau cadre avec un portrait qui m’émeut. Cette dame a été photographiée en 1905 dans sa belle robe brodée avec son beau chignon dans lequel j’aperçois une épingle comme ma grand mère en mettait dans son propre chignon. La voilà déposée dans un stock à des km de l’Alsace où la photo a été prise et artistiquement travaillée par le photographe. Pouvait-elle imaginer que ses descendants la déposeraient aussi négligemment, et pour quel motif ? Le cadre de bois rehaussé de stuc méritera une belle restauration des motifs floraux. Pas évident, mais ensuite il passera d’or à noir tant cette couleur met en valeur les oeuvres exposées. et depuis que j’ai découvert cette peinture noir profond de Tollens, je ne m’en lasse pas.

 

Publicités

Une réflexion sur “La chine du week end

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s